Publié dans Tribulations

Au coin du feu

Salut. Assieds-toi au coin du feu, faut que j’te parles. Non, non, pas la peine de me regarder comme ça, je ne vais pas t’annoncer une terrible nouvelle. J’étais juste en train de penser à une chose qui me dérange un peu. Rassure-toi, tu n’as rien à voir la-dedans. C’est juste que…

En fait, j’ai un problème. Vois-tu, quand j’écris, je déteste rédiger quelque chose de court. Et évidemment, s’il y a un imprévu (ce qui arrive régulièrement) j’ai du mal à finir à temps, du coup je me met la pression et au dernier moment je décide de mettre un autre article que celui prévu initialement. Déjà une semaine que j’aurais du terminer le défi positif (désolé pour le retard, Charlie. Promis, j’me rattrape bientôt), mais non… J’ai horreur de faire « résumé », de « parler pour ne rien dire ». A force, me concernant, je ne trouve pas ça intéressant parce-que je sais que je suis capable de faire bien plus. Bon, c’est vrai que c’est pourtant simple, vu l’inspiration dont je fais parfois preuve. Mais voilà, je crois qu’en fait j’en ai parfois trop. Du coup, je ne sais pas où ni quand m’arrêter lorsque j’ai quelque chose en tête. Qu’est-ce que c’est pénible… En un sens, je devrais dire qu’il n’y a pas vraiment de problème, vu que cela ne m’empêche pas de tout noter dans un coin, heureusement.

Ça t’est déjà arrivé, toi ?

En y repensant, qu’est-ce qui me prend de penser ça, en fait ? Tout va bien dans ma vie (enfin, tant que faire se peut, et puis tout est relatif). Alors pourquoi est-ce que je me plains ? Je ferais mieux de travailler dessus, c’est vrai. D’agir. Je crois que c’est d’ailleurs ce que je vais faire, finalement.

Quand j’y pense, c’est même franchement stupide, en un sens. Et puis, vaut-il mieux avoir trop d’inspiration ou pas assez ? Je crois qu’il n’y a vraiment que moi pour me poser ce genre de question… Ah, et il faudrait vraiment que j’arrête de me plaindre et que je réfléchisse à une solution. Ne pas râler tout en cherchant qui a posé ce mur, mais réfléchir à un moyen de passer au travers. De le briser. Continuer ma route.

Tout ça me rappelle tant de choses, d’histoires à te raconter, comme la jeune fille que j’ai croisé pendant des mois dans le Grand Hall, le pianiste de la gare ou le magasin du coin de la rue. Il faudra que je te les raconte un de ces jours, mais tel que je me connais je vais vouloir en mettre des tonnes. Tu vois, ça recommence. Non, il faut vraiment que j’arrête de me plaindre, j’en connais déjà plein qui vont me haïr juste pour ça et qui vont me demander si je ne peux pas leur prêter un peu de mon inspiration.

Bon… Inspirer, expirer. Ne plus penser au mur, mais à ce qu’il y a derrière et comment y arriver. Voila, comme ça. En fait, c’est dans ces moments-là que je me rends compte que j’écris vraiment ce que j’ai sur le cœur. Quand j’écris mes poèmes aussi, c’est vrai, mais c’est « différent ». Différent dans le sens ou c’est de l’instantané : je ne pense à rien, les mots viennent d’eux-même dans ma tête. Bon, là aussi, mais pas de la même façon. Ce n’est pas comme si je voyais les lettres et les mots déjà imbriqués de manière à ce que je n’ai plus qu’à recopier le tout. Là, c’est juste… « Différent ». J’écris ce qui me passe par la tête, peut-être. Je me laisse porter, aussi. Comme une vague qui n’aurait d’autre fin que ce que je veux bien lui accorder. Pas trop non plus, sinon je risque de faire comme à chaque fois et de vouloir en faire trop, quitte à chavirer en pleine vague et ne plus arriver a en trouver une belle. Mais voilà…

Tu ne trouves pas que j’en fais trop, en fait ?

 

Publicités

Auteur :

Blogueur et écrivain à mes temps trouvés. Adepte de la pensée critique et passionné par le webmastering, l'apprentissage et la protection animale. Je préfère croire ceux qui cherchent la vérité et douter de ceux qui affirment l'avoir trouvée.

9 commentaires sur « Au coin du feu »

  1. « Je me laisse porter aussi »… amusant ! Pendant des années, « se laisser porter et sourire » était ma devise sur mon ancien blog…
    Un peu comme toi, le temps me dépasse et je rédige des billets qui ne sont pas ceux que je voulais au départ et pourtant comme toi plein de choses à poser, à écrire… plein de choses me trotte dans la tête à tel point que parfois je les note sur un papier ici ou un petit carton qui traine…
    J’aimerai parfois que le temps soit mon allié pour pouvoir écrire tout ce que je voudrai…
    En tout cas, merci de ton invitation au coin du feu pour nous parler 😉

    Aimé par 1 personne

  2. mes billets ne sont jamais bien longs, pas « travaillés » ni « réfléchis » parce que je suis dans l’instantané mais aussi parce qu’ils sont le reflet de ma personnalité. (je ne sais pas si j’exprime correctement ma pensée..)
    je parle peu, à moins de vraiment connaître la personne et encore, je préfère écouter que parler.
    et j’écris, ou plutôt je publie peut-être beaucoup (moins qu’à une époque) mais des billets courts parce que mes barrières sont bien trop hautes à franchir et que jamais je ne m’ôterai de la tête que ce que j’ai à dire n’est pas intéressant.
    bref le moral est au plus haut aujourd’hui lol

    Aimé par 1 personne

  3. Déjà, pour te répondre, non,je ne trouve pas que tu en fasses trop. Ensuite, tu as bien de la chance d’avoir toujours quelque chose à dire…ce n’est pas mon cas. Enfin, il y a des jours je vais blablater tout et n’importe quoi et d’autres jours où je vais juste essayer de relier quelques bribes de mots. Mes articles ne sont jamais « réguliers »…je peux faire des textes très courts parce que je n’arrive pas à développer et d’autres textes très (trop) longs parce que je vais me perdre dans des détails inutiles…

    Aimé par 1 personne

  4. Le plus important est de suivre son coeur, son envie, c’est le carburant de l’inspiration. Après court ou long, peu importe, il y aura des gens pour préférer l’un et d’autres qui préfèreront les textes plus longs… On ne peut pas plaire à tout le monde, l’essentiel est de se faire plaisir. J’ai aussi en stock des articles commencés et inachevés, car je suis partie rebondir sur une autre idée, un autre sujet.

    Aimé par 1 personne

Quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s